LA RÉFORME DES PRESTATIONS FAMILIALES DE LA CAF

caf

Les nouvelles réformes de la Caisse d'Allocations Familiales s'étendent jusqu'à 2018. Elles jouent en faveur des foyers les plus modestes tandis que les plus aisés y sont perdants. En effet, la CNAF (Caisse Nationale d'Allocations Familiales) a publié un tableau comparatif disponible sur son site officiel. Dans son viseur : les prestations financières pour l'éducation des enfants. Ce sont donc les fameuses Allocations Familiales qui sont modifiées. D'une part, elles permettent de faire des économies mais aussi d'aider les foyers aux revenus les plus modestes. Tandis que l'Etat se réjouira d'une économie de plus de 850 millions d'euros, les foyers aux revenus équivalents au SMIC crient déjà au scandale.

Réforme de la CAF : entre baisses et augmentations

Durant trois années, les foyers comprenant des enfants vont voir leurs allocations familiales modifiées. En effet, plus de 3 millions de bénéficiaires seront perdants à hauteur d'environ 70 € par mois. Ce sont différentes allocations qui ont été revalorisées et réduites selon les revenus des familles. On pourra donc citer l'augmentation du complément familial dans le cadre de familles nombreuses, l'ASF (Allocation de Soutien Familial), les Allocations familiales pour les familles modestes. En tout, plus de 2 millions de foyers pourront profiter de nouveaux avantages. Ce sont particulièrement les foyers monoparentaux ainsi que les foyers modestes qui bénéficieront de ce coup de pouce. Mais qu'en est-il pour le reste des allocataires ? La réforme de la CAF fait des familles aux revenus moyens et aisés des perdants. Une baisse de 67 à 129 € par mois sera constatée sur les allocations familiales des familles aisées et riches. Néanmoins, il apparaît qu'un pourcentage de familles pauvre fait également partie des perdants. Ils représentent 5 % du nombre de ménages perdants. Des baisses allant de 40 % jusqu'à 125 % des allocations ainsi que des hausses de l'ordre de 42 à 96 % seront observées jusqu'en 2018.

Réforme de la CAF : les allocataires concernés

A l'été 2015, les allocations familiales restaient encore inchangées. Depuis, il en est tout autrement. En effet, les montants sont aujourd'hui bien différents et seront appliqués jusqu'en 2018. En cause : des économies certaines pour l'Etat et des allocations revalorisées en faveur des foyers modestes et pauvres. Ces modifications sont appliquées pour les résidents en France Métropolitaine ainsi que dans les DOM. Les revenus des foyers sont pris en compte dans le calcul des prestations de la Caisse d'Allocations Familiales. Quels sont les allocataires concernés par cette nouvelle réforme ? Quelles modifications pourront observer les foyers bénéficiaires ?

Des allocations modulées autour des revenus

Alors que les allocations familiales sont versées à de très nombreux foyers, leur système est aujourd'hui modifié. En remplissant les conditions fixées par la CNAF, les allocataires percevront toujours leurs prestations financières. Néanmoins, ce sont les montants qui varient et sont aujourd'hui calculés en fonction des revenus des foyers. Plus le revenu total est élevé, plus les allocations diminuent. Pour quelles raisons ? D'une part, pour favoriser les foyers aux revenus les plus faibles ainsi que les foyers monoparentaux. Ces diminutions d'allocations permettent également à l'Etat de réaliser des économies plus ou moins considérables. Un certain plafond annuel de revenu est fixé pour calculer les allocations familiales. Au-delà de 67 141 €, les allocations sont dégressivement diminuées par deux voire par quatre. Malgré des dépassements de quelques euros, la CNAF a pensé à verser un complément dégressif pour compenser les anciennes prestations. Les nouvelles modulations de la CAF concerne également les majorations pour âge ainsi que le forfait allocations familiales.