PRIME À LA NAISSANCE : UNE RÉFORME FRAGILE

caf

La prime à la naissance est une aide octroyée par la Caisse d'Allocations Familiales aux parents ayant un ou plusieurs enfants. Cette prime versée une seule fois permet aux parents de prévoir le nécessaire d'accueil au futur nouveau-né. Auparavant versée à la mère de l'enfant au 7ème mois de grossesse, ses conditions ont été revues et modifiées en 2015. Aujourd'hui, la Caisse Nationale d'Allocations Familiales (CNAF) ainsi que la CFDT tirent la sonnette d'alarme quant au danger de ce nouveau fonctionnement pour de nombreux parents, en situation de précarité. A travers un courrier adressé au membre du Gouvernement, la CNAF espère faire rétablir l'ancien fonctionnement.

Prime de naissance : montant et attribution

Alors que la date de versement de la prime à la naissance a changé depuis 2015, son montant est estimé à environ 920 € pour chaque naissance d'enfant. Néanmoins, les futures mamans se voyaient octroyer la prime à la naissance dès le septième mois de grossesse. Cette aide leur permettait de prévoir le nécessaire à la naissance de l'enfant (vêtements, nourriture, ...) mais aussi d'aménager la chambre du futur nouveau-né. Aujourd'hui, la prime à la naissance n'est versée qu'au deuxième anniversaire de l'enfant. Les parents n'ont alors que leurs salaires ou autres prestations sociales pour assurer l'arrivée de leur enfant.

Le coup de colère de la CNAF

Dans un courrier adressé à Madame Marisol Touraine et à Madame Laurence Rossignol, la CNAF alerte sur la situation difficile de certaines familles au moment de l'arrivée d'un enfant. Malgré des économies équivalentes à 250 millions d'euros grâce au nouveau fonctionnement de la prime à la naissance, la majorité demande le rétablissement de l'ancien versement. En attendant, les futures mères peuvent demander des prêts auprès des Caisses d'Allocations Familiales pour préparer l'arrivée de leur enfant sereinement. La prime à la naissance pourrait retrouver son ancien fonctionnement à la demande de la présidence de la Caisse Nationale d’ Allocations Familiales et des ministres concernés par cette réforme.